Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
les News d'Afrique et du Monde

Le Collectif “ SAUVONS KOLWEZI” s’oppose à la fermeture du Centre Universitaire de Kolwezi, Extension de l’UNILU

Le Collectif “ SAUVONS KOLWEZI” s’oppose à la fermeture du Centre Universitaire de Kolwezi, Extension de l’UNILU [Iere Partie]

 

Prof. Joseph Yav Katshung

 

I. Liminaires

 

 

Il est des questions vitales pour une société, lesquelles questions ne peuvent être tenues sous le boisseau. L’opinion se souviendra que dans le cadre du « Contrôle Citoyen », nous avions fustigé un certain désintéressement intentionnel voire une gouvernance à double vitesse pour les questions vitales concernant la ville de Kolwezi voire de la « Province du Lualaba » en République Démocratique du Congo (RDC).

 

En effet, après l’épineuse question de la route « Kolwezi - Solwezi », l’état piteux de la ville et de ses environs et le délaissement de ses habitants faisant penser à une « nourricière oubliée », comme pour matérialiser le brocard qui veut que le malheur ne vienne jamais seul, voilà que son Centre Universitaire (CUK) avec vocation de devenir une Université autonome, vient d’être fermée par une décision du Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire. Depuis, cela suscite des interrogations dans le chef des habitants de Kolwezi et  d’ailleurs, relatives au bien fondé ou non d’une pareille mesure et de ses conséquences sociale, économique et politique. Pour tout dire : Est-ce une mesure salvatrice ou simplement un règlement de compte voire un autre coup porté sur Kolwezi – Lualaba ?

 

II. L’éducation en RDC : une ressource en péril ?

 

 

L’éducation est une ressource en péril. Les planificateurs et les chercheurs en développement de l’éducation l’affirment déjà depuis un certain temps. Souvent la qualité est médiocre, l’efficacité faible, la pertinence douteuse et le gaspillage significatif, tandis que les buts et les objectifs sont souvent peu clairs. Dès 1968, PHILIP COOMBS, avait posé ce diagnostic général dans son livre au titre approprié : La crise mondiale de l’éducation (The world educational crisis).

 

Malgré plusieurs décennies d’efforts internationaux pour relever les défis auxquels l’éducation est confrontée, notamment à la suite des engagements pris en faveur des objectifs d’Éducation pour tous de Jomtien (Thaïlande) et de Dakar (Sénégal), plus de dix ans plus tard, nous sommes toujours loin du but.

 

En RDC, ce diagnostic est fait par plus d’une personne et les raisons sont entre autres l’absence de volonté politique et une gouvernance faible, le non sérieux des gouvernants qui considèrent comme au temps du tristement célèbre « Sakayonsa » que l’éducation est la cinquième roue et cela est palpable par le budget insignifiant voire inexistant consacré à ce chantier capital de développement d’une nation ; les conditions précaires des enseignants ; la culture de la réussite à tout prix au nom de la paix sociale, la corruption, etc…

 

Il est certes vrai que l’éducation est l’une des conditions fondamentales pour le développement d’un pays en dehors de la santé. Et apparaît chez nos politiques un élan égoïste quand ils préfèrent envoyer leurs enfants aller étudier dans les pays du Nord et où ils vont aussi se faire soigner au moindre mal.

 

La question de la fermeture du centre universitaire de Kolwezi intéresse donc plus d’une personne et nécessite des actions concertées, urgentes et concrètes. Au demeurant, n’est ce pas qu’un proverbe néerlandais nous rappelle que « le clou souffre autant que le trou. » Les parents, les étudiants, le personnel académique , scientifique et administratif, souffrent et demandent justice… Y a-t-il des oreilles pour entendre leurs voix ?

Partager cette page

Repost 0